Créer mon blog M'identifier

Il est con ce Psy !

Le 6 août 2013, 04:54 dans Humeurs 4

 

Aujourd'hui quoi de plus naturel de glisser entre deux respirations  un  " Mon Psy m'a dit". Sous entendu, c'est pas moi qui le dit, c'est le psy et donc, fatalement, c'est imparable, j'ai raison. Ta gueule quoi !

Bawé, comment contredire une personne qui est persuadée d'avoir raison  tout ça parce que son psy lui a expliqué que cela était imputable à d'affreux troubles remontant à l'enfance ?

C'est Quoi Ton psy ?

Un connard de mec ayant suivi des études de psycho pour régler son "petit" problème (Le futur Dr Freudzm n'ayant pas supporté d'être la risée de toute la cours de récré depuis ce malheureux incident où il s'était pissé dessus pendant la diffusion de bambi en CE1. NDLR) 

Bon ok, j'y vais un peu fort dans les clichés. Mais sérieusement avant, aller chez un psy, c'était un sujet tabou. Quelque chose que l'on gardait pour soi. On voyait discrètement un "spécialiste". On consultait. On parlait avec quelqu'un...  Le Psy effrayait car associé à de nombreuses maladies mentales, potentiellement dangereuses.  Alors, balancer dans une conversation qu'on voyait un Psy, c'était une espèce de suicide social.

Pire, l'injure suprême N° 4 ( de nombreuses variantes sont possibles, à balancer froidement, de préférence, lors d'une dispute conjugale) était : "Mais putain / t'es cinglée, va voir un Psy (ma pauvre) !"

Aujourd'hui, on l'affiche. Le Psy est glamour, le Psy est l'Accessoire de la rentrée. 

Tendance 2013/14 : Mon Psy est Chic !

Le Psy est classe. Il te reçoit dans un cabinet lounge-design style. Toiles contemporaines aux murs, bureau importé d'Italie, Ardoise au sol et lumière tamisée. Le Psy est le pape de la déco moderne.

Le Psy a du goût.  Il t'allonge sur un sofa capitonné de velours, (le cuir sa colle aux fesses quand on est en poompoom short et ça craque si on bouge le ptit doigt) porte de jolis costumes Kenzo à la mode, payés par ses nombreux patients plus Hypes les uns que les autres.

Le Psy est HighTech. Out, le dictaphone pourri, welcome enregistreur numérique. Fini, le joli carnet en cuir pour cacher ses sudoku tout en se donnant un air très attentif et sérieux. Genre, "Je suis tout à l'écoute, regarde, j'écris des trucs", le Psy possède le dernier Ipad. Du bout de son stylet, il prend des notes, puis d'un aérien et distingué doigté (rolalala, je vous entends d'ici Mesdames) il lance une partie de Candy Crush Saga !

Mais non, helas le Psy ne te fait pas l'amour, à la place il s'introduit dans les tréfonds de ton inconscient pour soulager et assouvir ce besoin incompressible de comprendre ce problème intime empêcheur de tourner en rond.

 

Le Psy est beau,  il a un look de hipster, une manucure parfaite et juste ce qu'il faut de mèches grisonnantes pour achever ce côté sexy qui te fait fondre. (Ouais, on pourrait envisager un Psy Clooney limite. Un magnifique Clone de Clooney qui te déleste, en toute élégance, de 50€ par séance -non remboursée- of course )

Welcome to Reality, Bitch!

Hélas, dans les faits, si on voit un psy, c'est que l'on porte en nous des souffrances beaucoup trop lourdes pour pouvoir être canalisées par un cacheton de Xanax ou de Tranxène. Le Psy nous écoute, nous soulage et nous permet un degré de confidences et de compréhension que l'on ne pourra jamais atteindre avec notre meilleure amie. (, pour les veinardes.) Alors, on s'en tape un peu d'avoir un psy Sexy-BG. Merde, ça déconcentre !

Et puis, surtout, il ressemble plus à rien qu'à un ClooneyClone. Petit, grassouillet avec ce regard trouble, légèrement dans le vide du mec qui t'écoute sans t'écouter. (les clichés ont la vie dure, j'en suis la preuve vivante Docteur.)

Welcome IRL, Bitch² 

En tout cas, je suis la première à reconnaître qu'on a tous un grain et que consulter, ça fait du bien. Que l'on soit de nature bavarde ou pas.

Quoiqu'il arrive, il te facturera la séance que tu aies débité 300 mots à la minutes ou que tu te sois contentée de le regarder d'un air plus que gênée en te dandinant sur ton siège, les mains calées sous les fesses. Ton Psy te renverra gentillement avec une jolie carte de visite sur laquelle te sera noté l'heure de votre prochain tête à tête silencieux.   

Et je poursuis, avec une phrase entendue tellement de fois que de temps en temps au détour d'une ruelle, il me semble en capter l'écho repris en coeur par des centaines de mes semblables névrosés (including me !) "On devrait tous aller voir un Psy un jour dans sa vie."

J'ai finalement pris mon courage à deux mains (fallait au moins ça pour l'emmener jusque là bas, il traînait des pattes cet enfoiré de courage) et suis  donc allée voir un Psy. Je lui ai fait un splendide et inoubliable coucou qui l'a laissé dubitatif et j'ai calté... Bah quoi ??!

Quel con ce Psy ! 

J'y suis retournée et j'ai parlé. Enfin, j'ai surtout rien dit la première fois, la deuxième non plus, la troisième pas pire. Puis, un jour, ma langue s'est déliée.

J'ai parlé, parlé, parlé et pleuré, beaucoup, pleuré.

Jusqu'à ce qu'un jour, je décide que ça m'avait fait du bien et que je n'avais plus besoin de parler.  Au total, cinq, six séances maxi qui m'ont permis d'intégrer certaines choses. Peut on tout de même en déduire que l'on va mieux ?  

Parce que lui, le Psy, il a du prononcer en tout et pour tout, sept ou huit phrases entières. (N'entrent pas dans le calcul les" Alors", les"hum", "han, han" et autres interjections contemplatives ni les "Bonjour","fin de la séance" et "à dans quinze jours !) Je me sentais plus légère en sortant mais d'ici à dire mieux, pas sure. 

Faut dire que, mon portefeuille, lui, ne s'en porte pas plus mal depuis que j'ai arrêté d'aller voir mon Psy... Mais Hourra !  J'ai enfin, le droit de lancer dans une conversation "Mon Psy m'a dit". Enfin, je vais peut-être pas le faire pas si je veux garder des amis.

En fait, ma thérapie, c'est l'écriture, l'exposition de mes déboires et autres aventures rocambolesques à de parfaits inconnus, sous couverture. Pour terminer, je dirai donc que mon Psy chéri, mon Psy à moi, il ressemble plus à un clavier et un écran, le truc à 859 boules payé en 4 fois sans frais, Clé USB 16G offerte !

Je ne saurais dire si c'est plus difficile à amener dans une conversation pour appuyer mes arguments un genre de "Je l'ai écrit today, alors ta gueule, c'est moua qu'a raison. Ok ?"

 

This is Maz !

The Evil Belle Doch'

Le 19 juillet 2013, 17:56 dans Humeurs 4

 

This Is MaZ

J'ai toujours cru que la belle mère acariâtre était un mythe sorti du XXe siècle. Jamais, je n'aurais imaginé qu'une belle maman puisse haïr à ce point la copine de son fiston. Manuel à l'usage des belles filles (ou brus) en détresse...

 

 

 

Je suis en couple depuis plus d'un an. De 17 ans mon aîné, vivant dans la résidence secondaire de ses parents, on peut dire que je n'ai pas choisi la facilité. Je suis comme ça, j'aime le danger. 

Je me suis donc installée chez lui/eux temporairement, le temps de trouver un appart pour nous deux. Outre la déco d'une autre époque, je ne me suis clairement jamais sentie chez moi. Même en l'absence de beau papa et d'Evil Belle Maman, je marchais sur la pointe des pieds et n'osais pas vraiment m'installer. J'veux dire, si on peut pas se balader à poil à la maison sereinement, c'est qu'on ne s'y sent pas chez soi.

Puis, ils sont rentrés d'Espagne... Alors, je me suis lancée dans une espèce de crise de la ménagère compulsive : Du sol au plafond, pas un grain de poussière n'y a survécu, pas une tache de gras n'a tenu le choc. Les vitres, les toilettes, le parquet, la cuisine, tout y est passé.

Dans mon obsession maniaque, j'ai littéralement aseptisée et agrémentée la maison d'une douce senteur ambre sauvage. 

Un malheur n'arrivant jamais seul, ma chienne -la chair de ma chair - avait légèrement incrusté ses -magnifiques- poils dans le plaid Iberia de la belle Doche ! (Soyons bien d'accord, je n'accuse personne de voler le matériel de courtoisie d'une cie aérienne Espagnole, ok ?!)

Mon adorable chéri, pensant certainement bien faire, a donc planqué le plaid en question. Sauf que... Ce splendide et non moins coocooning plaid en polaire, bleu électrique, réapparu soudain entre les mains du démon !

Scandale ! Spoliation ! Drame et crise de larmes. Comment pouvait-il (sous entendu mon N'homme) vivre avec une fille pareille ? Lui, qui avait eu des amies si bien avant ! Que faisait-il avec moi ? Avec cette gamine ( bah ouais 17 ans d'écarts) qui ne sait même pas faire le ménache ? 

" ... "

" ..."

" WTF ?"

" Non mais bordel, c'est quoi son prétexte à 2 euros là ?! "

Et pour finir, elle lui a préparé un tiramisu (avec MON mascarpone) histoire de lui prouver qu'il n'avait pas besoin de moi du tout ! 

 

(Franchement, si elle croit qu'elle peut tenir la comparaison, je suis curieuse de voir à quoi elle ressemble en servant un tiramisu en lingerie Aubade ! Nanmého, c'est qui la Queen du Tiramisu ?!)

 

Après ce drame, il était clair que l'une de nous deux était de trop sous ce toit. C'est donc Bibi qui a pris ses ptites valises et qui s'est retrouvée SDF à Panam le 21 juin, bah oui, c'est chez elle en faite.  

Je crois que N'époux, garde pour lui tous les noms d'oiseaux et autres reproches qui émanent de la bouche de sa gentille mamounette pour ne pas rajouter de l'huile sur le feu de ma colère...

En attendant, elle a hérité sans complexe du surnom d'Evil Belle Doch' et de toute mon ingratitude !

This Is MaZ